Auteur : Clarice B

Goma 23 au 28 juillet 2018 : Un très grand pas de dans la foresterie communautaire, le CCPF du Nord Kivu outillé et renforcé.

Au Nord Kivu, les membres du Conseil Consultatif provincial des forêts  sont sensibilisés et formés sur  la foresterie communautaire en vue de garantir  le développement harmonieux du processus.

En province du Nord Kivu. Plusieurs  conflits naissent autour de la répartition, de la gestion ainsi que de l’exploitation de ressources naturelles.  Les ressources forets ne font pas exception face à cette situation. Des communautés, qui gèrent les espaces qu’elles occupent en vertu de  la coutume  s’affrontent à une situation d’incertitude et d’inquiétude  face aux menaces de voir leurs terres  être ravis au gré des hommes forts , souvent sans indemnisation. La foresterie communautaire vient comme un messie salvateur à ces communautés. Avec la brèche que le gouvernement congolais a donné à une communauté de demander, si elle veut  une Concession forestière de communautés locales, tout est à prévisible  que la foresterie communautaire  viendra contribuer également à la question de sécurisation foncière.

C’est dans l’objectif de garantir le développement harmonieux du processus de foresterie communautaire au niveau de la province du Nord Kivu qu’un atelier a été organisé en faveur des membres du CCPF de la province du Nord Kivu ; Du 25 au 28 juillet 2018 , les facilitateurs venus essentiellement de la Division Foresterie communautaire , des Organisations de  la société civile environnementale du Niveau National  et provincial, ont partagé aux participants la mission et le rôle du Conseil Consultatif Provinciale des Forêts.

En effet le CCPF est un organe très important dans la bonne gouvernance forestière et de ce fait, dans la mise en œuvre de la foresterie communautaire au Nord-Kivu. Le Code forestier confère un rôle important aux Conseils  consultatifs sur la gestion des forêts dans les provinces. Les articles 15, 19, 29 et 30 du Code Forestier posent des jalons sur leur existence, rôle et fonctionnement

A l’issue de ces assises, les participants ont formulés de  recommandations  aux différents intervenants dans le domaine dont le gouvernement pour la réforme du secteur forestier en province du Nord-Kivu.

“Les recommandations formulées au regard du contexte spécifiques du Nord Kivu, vont certainement une fois mise en œuvre par les parties prenantes dont les décideurs politiques, permettre au Nord Kivu d’octroyer en fin des CFCL aux communautés demanderesse et de rattraper le retard. En fin, les bases de l’élaboration participative d’un guide de prévention, de gestion et de résolution des conflits ont été posées” a soutenu Théophile Gata directeur exécutif du CAGDFT  (Centre d’appui a la gestion durable des forêts tropicales)

En définitive, en tant qu’enjeu  de développement rural, tout espoir demeure que la foresterie communautaire va contribuer, de manière significative, à l’amélioration des conditions de vie des populations forestières au Nord-Kivu

 

Read Blog Detail

Déclaration des ONG membres de la Société Civile/Forces vives du Nord-Kivu: Non à la désaffectation des Blocs pétroliers 4 et 5 du Parc National des Virunga

les organisations de la Thématique Environnement de la Société Civile du Nord-Kivu desapprouvent  la démarche amorcée par le  Gouvernement de la RDC pour la désaffectation des blocs pétroliers 4 et 5 du Parc National des Virunga. C’est à travers une déclaration de leur desacccord qu’ils ont donné leur position.

Voici la declaration:

Read Blog Detail

PPI: Lancement du 22 au 23 janvier 2018 du projet sur la Gestion durable et participative des ressources naturelles dans le paysage Virunga

Le Réseau CREF a procédé du 22 au 23 janvier 2018  dans la grande salle du Réseau CREF au Lancement du projet sur la gestion durable et participative des ressources naturelles dans le paysage Virunga (PNVi).

Sous l’appui financier du comité français de l’UICN, au travers le Fonds Français pour l’Environnement Mondial dans le cadre des Programmes des Petites Initiatives, ce projet a pour objectif de renforcer la contribution de la société civile et des collectivités décentralisées à la conservation de la biodiversité et à la lutte contre le changement climatique au profit des conditions de vie des populations locales dans le paysage Virunga.

12 personnes, venues des organisations de mise en œuvre : ADEPDH, CIPSOPA, et CEPED sous la coordination du Réseau CREF ont pris part à ces assises.

Dans son mot d’ouverture, le Secrétaire Général du Réseau CREF  a circonscrit le contexte du projet. Il a  d’abord expliqué le programme PPI à tous les participants  qu’est un programme de petites subventions orientées vers la gestion de l’environnement. Il a souligné que le Réseau CREF a collaboré avec PPI en 2012 dans le cadre d’appui  à la foresterie communautaire en territoire de Walikale. Après ces brèves explications, il a procédé à l’explication des termes de références  de l’activité  pour que tous les acteurs aient une idée commune de la réunion.

Concernant les travaux proprement dits de la réunion, le premier jour a été consacré à la description du projet.. En effet  Prenant la parole, Monsieur Emmanuel Mikanda, Chargé de programme du Centre d’Education pour la Protection de l’Environnement et le Développement, CEPED en sigle  à procéder à l’explication des objectifs et  du cadre logique en  revenant sur les objectifs (global et spécifiques) et en précisant les résultats intermédiaires et les activités à mener. Il a insisté sur le fait que  activités développées dans le projet auront trait à l’organisation des tables de négociations entre parties prenantes sur la question de gestion des RN, à l’élaboration de plans pilotes d’aménagement dans les localités ciblées par le projet, au plaidoyer pour le financement de la mise en œuvre des plans d’écodéveloppement au sein des entités territoriales décentralisées ainsi que pour l’orientation d’une partie des revenus issus du tourisme dans les Virunga vers le développement local relevant des Entités Territoriales Décentralisées (ETD). Il a egalement souligné que des activités de démarcation et de cartographie participative des limites du PNVi seront menées et le projet démarrera également des activités relatives au développement de filières économiques de valorisation de la biodiversité, notamment à travers l’organisation de voyages d’échanges au Cameroun, où une dynamique a d’ores et déjà commencé sur le sujet, l’identification des filières à fort potentiel économique, l’installation d’une unité de transformation des produits et l’appui à la commercialisation de ceux-ci.

Par après, Les organisations  impliquées dans la mise en œuvre ont procédé  l’élaboration des stratégies de mise en œuvre,  ici, les participants ont réfléchi sur les stratégies pratiques de travail, en tenant compte des enjeux de l’heure, les différentes sensibilités, les acteurs en présence, les défis et les opportunités. Les trois organisations se sont  alors concertées pour se répartir les responsabilités et rôles selon les résultats à atteindre.

Le premier jour s’est clôturé par le partage d’informations clés sur la convention avec le  Comité Français de l’UICN spécialement son annexe III relevant aux modalités de financement et  aux résultats à atteindre par phase et qui devront être rapportés avant de solliciter la prochaine tranche de financement ; les différentes dates clés  dans la mise en œuvre du projet  ont été également fixées en vue de s’assurer d’un bon suivi du projet.

C’est alors que la deuxième journée  a été  consacrée à  l’Elaboration  par les organisations des budgets détaillés de leurs activités. Par après ce dernières ont procédé  à la  soumission  de ces budgets auprès du Réseau CREF qui, à son tour, a établi les contrats d’activités afin de mettre à leur disposition les ressources nécessaires pour le déploiement sur le terrain.

Read Blog Detail

GOMA : Tenue de la 2ème Table Ronde Multi-Acteurs Provinciale sur la Foresterie Communautaire en RDC du 30 novembre au 02 décembre 2017 à l’HOTEL ISHANGO

Le Centre d’Appui à la Gestion durable des Forêts Tropicales (CAGDFT) en collaboration avec le Réseau-CREF et la Division de Foresterie Communautaire  a organisé la 2ème Table Ronde Multi-Acteurs Provinciale  sur la Foresterie Communautaire en RDC dans la salle de conférence de l’hôtel Ishango  du 30 novembre au 2 décembre 2017.

Sous l’appui financier de DFID et des Rainforest Foundation UK et Norway, cette deuxième TRMA avait pour objectif de (i) faciliter la conduite harmonieuse de la foresterie communautaire sur le terrain grâce aux informations pertinentes fournies sur le processus ; (ii) de renforcer les capacités des parties prenantes clés sur la foresterie communautaire par les échanges d’expériences et les leçons utiles à l’amélioration du travail quotidien ; et (iii) d’établir un bilan global sur la conduite de la foresterie communautaire, référence pour l’évaluation périodique de la phase expérimentale du processus de la foresterie communautaire en RDC.

Près de 100 participants provenant du Ministère national de l’Environnement et Développement Durable, de la Division de la Foresterie communautaire, de la Coordination Nationale REDD, du Cabinet du Gouverneur de la Province du Nord-Kivu, du Ministère provincial en charge des forêts, des Partenaires Techniques et Financiers, des Coordinations Provinciales de l’Environnement (Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema), des Supervisions territoriales de l’environnement (Walikale, Masisi, Nyiragongo, Rutshuru, Lubero et Beni, Kailo, …), des Chefs de Secteurs et groupements ayant les IFC/CFCL au Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema, des délégués de la Société civile et des organisations des Peuples Autochtones, ont pris part à ces assises.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le Président du Conseil d‘administration du Réseau CREF, Monsieur Emmanuel Mikanda, a, dans son mot, souhaité la bienvenue à tous les participants ; Monsieur Théophile Gata, Directeur Exécutif de CAGDFT a remercié les Partenaires au développement et circonscrit le contexte de la tenue de cette table ronde ; Madame Fifi Likunde, Chef de Division de la Foresterie communautaire est revenue sur le bien-fondé du respect du cadre légal et réglementaire dans la mise en œuvre de la foresterie communautaire sur terrain ; et Mademoiselle Christelle Lushule de GIZ, a, au nom des PTF,  loué les efforts menés par les différents acteurs pour arriver à un consensus national dans la dynamique actuelle du développement de la foresterie communautaire en RDC.

Dans son mot d’ouverture, Son Excellence Monsieur Balthasar Kanyamanza, Ministre provincial du Nord Kivu en charge des forêts et représentant personnel de Monsieur le Gouverneur de Province du Nord-Kivu, Son Excellence Monsieur Julien Paluku Kahongya, a d’abord transmis aux participants les salutations de Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province.  Il a ensuite souhaité la bienvenue à l’ensemble des participants en leur rappelant les objectifs de cette table-ronde.  Il a exprimé sa gratitude de voir sa province être honorée pour la tenue de la deuxième Table-Ronde Multi-Acteurs provinciale dans sa ville touristique de Goma.  Il a souligné que le Gouvernement provincial est déterminé à appuyer la dynamique en cours de développement de la foresterie communautaire. Et il a terminé son mot par témoigner sa profonde gratitude à l’endroit des partenaires au développement pour leur apport dans la réalisation de cette importante activité. Enfin, il a déclaré ouvert les travaux de la 2e Table-Ronde Multi-acteurs provinciale du Pool sur la foresterie communautaire en RDC.

En ce qui concerne les travaux de la Table Ronde proprement dits, la première journée a été consacrée à l’explication de la mission et du bien-fondé des Tables-Rondes  Multi-Acteurs dans le développement du processus de foresterie communautaire en RDC, et aux exposés sur le cadre juridique et institutionnel, l’état des lieux de la foresterie communautaire en RDC, la Stratégie nationale, la procédure d’obtention d’un titre de CFCL, la cartographie des compétences et les outils de la mise en œuvre de la foresterie communautaire en RDC ainsi qu’aux liens entre le Mécanisme de dons dédiés aux Peuples Autochtones (DGM) et la foresterie communautaire.

La deuxième journée a porté sur les échanges d’expériences sur les initiatives de foresterie communautaire dans les Provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema avec un accent mis sur les défis à relever et l’identification des leçons apprises susceptibles d’être capitalisées pour le succès du processus de foresterie communautaire en RDC. Il a été souligné qu’en province du Nord Kivu le processus de la foresterie communautaire au Nord-Kivu n’est plus un simple slogan mais plutôt une réalité car on y dénombre plusieurs initiatives variées et viables A ce jour, neuf dossiers sont en étude au cabinet du Gouverneur pour l’octroi des titres. Il a été suivi par une série de présentions sur les expériences locales en matière de foresterie communautaire accompagnées par les acteurs suivants : Réseau CREF, FODI, FOCODER, UPFOC, PIDP SHIRIKA LA BAMBUTI, CAATID, CADMIR, AGIR, PREPPYG, WWF et UGADEC/WCS qui ont mis l’accent sur les activités réalisées, les défis à relever et les leçons apprises.

Pour le sud Kivu, il a  d’abord été présenté les potentialités du Sud-Kivu en matière des ressources forestières. Par la suite, il a présenté la cartographie des initiatives de la foresterie communautaire de cette province en soulignant que celles-ci  sont nombreuses mais sans collaboration étroite avec les services étatiques.  Son intervention a été suivie par une série de présentations des organisations suivantes : CAMV, AFRICAPACITY et IFDP qui ont décrit leurs activités, les défis à relever et les leçons apprises.

Et pour le Maniema  il a été décrit le potentiel forestier de la province avant de présenter la cartographie des IFC de sa juridiction. Il a souligné qu’à ce jour, six IFC sont en cours de formalisation en vue de l’obtention des titres. Son intervention a également été suivie par une série de présentations des organisations suivantes : Consortium ASEFA, KM et AVEMA ; WCS et GIZ qui ont décrit leurs activités, les défis à relever et les leçons apprises.

Enfin, la troisième journée s’est penchée sur l’analyse prospective du processus de la foresterie communautaire en RDC, à travers quatre groupes de travail (administration publique, autorités locales et coutumières, société civile et PTF) qui ont dégagé  les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces liées à la mise en œuvre du processus de foresterie communautaire en RDC . Les participants ont alors formulés des recommendations  au Gouvernement national, Aux Gouvernements provinciaux (Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema) Aux secteurs et chefferies Aux Organisations de la société civile, Aux partenaires techniques et financiers, et enfin aux  communautés locales et Peuples Autochtones afin de leur implication effective pour la reussite  de la foresterie communautaire au regard du cadre légal et réglementaire en RDC

Read Blog Detail

Sécurisation Foncière : Acquisition de 2 certificats de 25 ans chacun pour les terres occupées par les peuples autochtones pygmées de BEKA et BAHATSA en territoire de Beni.

Les terres  occupées par les peuples autochtones pygmées de  BEKA dans le secteur Batangi Mbau ET BAHATSA dans le secteur Ruwenzori en territoire de BENI  viennent d’acquérir chacun un certificat d’emphytéose  pour 25 ans.

Cela résulte de l’activité lancée par le Réseau CREF sous l’appui financier de la RAINFOREST FOUNDATION NORWAY  en 2017  sur la cartographie  des terres des peuples autochtones pygmées sur toute l’étendue de la province du Nord Kivu. Cette activité  vise à  contribuer à la promotion et défense des droits de tenure et propriété foncières  des PA .  Dans la mise en œuvre, le  Great Lakes  Human Right Program, GLHRP, organisation membre du Réseau CREF qui intervient dans le territoire de Beni  a ainsi accompagné les communautés autochtones de BEKA et BAHATSA ; il a alors entreprit des séances de  sensibilisation et de conscientisation  auprès de P.A ainsi que toutes les démarches  jusqu’à l’acquisition de ces deux certificats.

En effet Pour le Réseau CREF, la question foncière occupeUne place de choix dans l’équilibre des rapports sociaux au sein des  communautés.  C’est ainsi que  depuis 2010, 14  terres PA ont été dotées des titres de propriétés. Néanmoins ces  titres étaient très  fragiles faute de non mise en valeur de ces derniers.  L’acquisition de ces deux certificats est alors  plus qu’une satisfaction pour le Réseau CREF  et particulièrement pour le GLHRP qui lutte pour  le droit des peuples autochtones, l’une des couches les plus vulnérables  en RDC.

Signalons que la  spoliation, l’expropriation et l’accaparement des terres est monnaie courante en RDC. Plusieurs efforts restent  encore à fournir dans ce domaine.

Read Blog Detail

Goma : Encore un pas vers l’implantation de la Maison verte d’Education Environnementale au Nord-Kivu par le Réseau CREF.

C’est le dimanche 10 septembre 2017 qu’est intervenu le travail de coulage de la dalle de la maison verte d’éducation environnementale du Réseau CREF. Il s’agit de la deuxième phase du coulage de dalles qui est intervenue sur la partie qui couvrira le restaurant aux recettes biologiques.

En effet la maison verte d’éducation environnementale du Réseau CREF vise à contribuer à combler le déficit d’informations, communication et éducation mésologique afin d’influencer l’adoption des comportements écologiquement acceptables dans le chef des différents acteurs impliqués dans la gestion, l’exploitation et l’utilisation des ressources naturelles (des écosystèmes).

Cette maison verte offrira le Service de formation avec deux salles à louer dont une est déjà opérationnelle ainsi que le restaurant

Le Service d’hébergement pour les participants à la formation et autres acteurs voulant bénéficier du cadre d’échanges sur la thématique environnementale ; le Service multimédia comprenant une radio-télévision, bibliothèque avec connexion internet à haut débit et une mini-imprimerie.

Etant donné que la mise en place de cet ouvrage et son équipement complet est progressif, la contribution de tout acteur soucieux de l’émergence d’une nouvelle culture environnementale pour une gestion rationnelle des ressources est vivement attendue.

Read Blog Detail

La Recolte effet: Nouvelle methode de documentation des changements dans le PNVI et le PNKB dans le paysage Virunga

Du lundi 20 aout 2017 au mardi 22 août 2017, 21 acteurs venus respectivement des organisations partenaires du programme GreenLivehood Alliance ( GLA) pour le paysage Virunga, ACDEH, CREDDHO, FECOPEILE, IDPE, SUWE, IFDP et Messieurs Emmanuel Mikanda et EDDY Kambale   ont bénéficié de la formation sur la méthode de Récolte des effets. Cette formation a été facilitée par Monsieur Alphonse VALIVAMBENE Secrétaire Général du Réseau CREF et Monsieur Jean-Baptiste SAFARI de l’organisation IFDP, qui, après avoir bénéficié de la formation organisée à Accra par le consortium les Amis de la Terre, le Comité Néerlandais de l’UICN et TROPENBOS INTERNATIONAL à l’intention des acteurs GLA, ont pris le soin de faire la restitution.

Les différentes organisations ont été représentées par  3 personnes dont  le coordonnateur, le chargé de projet et le chargé de suivi évaluation.

Cette restitution  s’est déroulée dans la salle de Réunion du Réseau CREF à Goma et l’état d’avancement du programme de la période allant du 1er novembre 2016 au 31 juillet 2017 a été considérécomme apprentissage pour une bonne compréhension de la méthode de récolte des effets.

Il sied de souligner que, pendant cet atelier, les facilitateurs ont expliqué la méthodologie Récolte-effet qui est une approche de suivi et évaluation basée sur les changements significatifs.  Elle permet d’identifier, d’analyser et apprendre les effets. Ils ont souligné que le changement n’est pas ce qu’un acteur fait mais l’impact que produit ce qu’il fait. Il est aussi à noter que le changement doit être observable et l’auteur doit bien identifier sa contribution dans ce changement afin de ne pas s’attribuer les changements dans lesquels il n’a pas contribué.

Aux théories faites, les facilitateurs ont ajouté des travaux pratiques afin de s’assurer que la méthode Récolte-effet est comprise et que les acteurs se l’approprient. C’est ainsi que tous les participants ont été appelés à formuler leurs changements observés durant cette période écoulée depuis la mise en œuvre du programme GLA dans le paysage Virunga. Cet exercice a permis encore à susciter la conscience des acteurs sur la vision commune fixée dans la théorie de changement.

Tous les acteurs ont jugé pertinente cette méthode et se sont engagés à se réorganiser en vue d’établir une unité de suivi et évaluation formelle du programme en général mais aussi dans les organisations respectives en particulier pour mieux documenter les différents changements.

Read Blog Detail

Pour la transition énergétique inclusive et équitable

Dans la perspective de lutte contre le réchauffement climatique  le Réseau CREF a organisé du  26 au 29 juillet 2017 un atelier de formation sur la transition énergétique équitable et inclusive.

Il faut dire qu’actuellement, Le réchauffement climatique est un phénomène mondial.  Au cours de l’histoire de la Terre, l’augmentation actuelle de la quantité de gaz à effet de serre (principalement de CO2) et de la température globale moyenne dans l’atmosphère sont inégalées. Depuis 1880, La température globale moyenne a augmenté de 0,85°C. Il s’agit d’une augmentation exceptionnellement rapide. La plupart des scientifiques s’accordent à dire que le réchauffement actuel de la Terre est la conséquence de l’augmentation des gaz à effet de serre (principalement le CO2) dans l’atmosphère due à l’activité humaine. Ce sont les énergies qui sont à la base  de cette augmentation du  gaz à effet de serre et chaque secteur a un taux de pourcentage que l’on peut lui attribué. Les Energies occupent la première place avec : 25,9 % suivi de l’Industrie : 19,4 %, de la Déforestation : 17,4 %, de l’Agriculture : 13,5 %, du transport : 13, 1 %, et enfin des quartiers résidentiels : 7, 9 %. Avec cette situation, des  chercheurs  ont estimé qu’une forêt ancienne qui est égale à une superficie d’un terrain de football est détruite chaque deux secondes.

Tout constat fait,  Une transition énergétique s’impose.

C’est ainsi que Pendant 4 jours d’échanges et de visite sur le terrain une quarantaine de personnes ont bénéficié des plusieurs notions sur  le changement climatique, l’économie verte, la vision de la République Démocratique du Congo en matière des énergies renouvelables  et des expériences des uns et des autres dans le secteur énergétique sous l’accompagnement du Réseau CREF.

La cérémonie d’ouverture   a été présidée  par Son excellence Monsieur Anselme KITAKYA, Ministre Provincial  ayant l’énergie dans ses attributions. Les représentants de l’administration ont répondu aussi à l’invitation du Réseau CREF.

En effet  la transition énergétique permet de passer progressivement d’un système énergétique basé essentiellement sur les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel, matières radioactives), qui sont par nature limitées, à des sources énergétiques moins centralisées, diversifiées et renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, géothermique, marémotrice, biomasse

La province du Nord Kivu dispose  des  potentialités énergétiques dont les cours d’eau, la biomasse, le soleil, les eaux thermales et le gaz naturel, qui, malheureusement demeurent inexploités.

L’absence d’un cadre légal efficace susceptible d’accompagner la transition énergétique figure parmi les causes de non accès à l’énergie

Pour y faire face, une  mise en œuvre de différentes mesures d’application de la loi n°14/01 du 17 Juin 2014 relative au secteur de l’électricité demeure capitale.

A ceci s’ajoute une appropriation du processus par les communautés locales. Cette appropriation contribuera à l’abandon progressif des énergies fossiles pour des énergies renouvelables et un développement communautaire.

Pour une meilleure compréhension du processus de transition énergétique, une descente sur le terrain a été organisée au niveau du territoire de Rutshuru où les micros et mini centrales hydroélectriques Mondo Guisto, APDECO, Matebe  ont fait objet d’une visite guidée.

A l’issu de ces travaux de  quatre jours, un groupe de travail pour la promotion des énergies renouvelables a été mis sur pied pour mener les actions de plaidoyer liées à la transition énergétique. Etant constitué des différentes organisations présentes à l’atelier, ce groupe de travail sera coordonné par le Réseau CREF

Read Blog Detail

Tenue de la 14ème Assemblée Générale Ordinaire du Réseau CREF

Il s’est tenu à Goma du 28 au 29 juin 2017, la 14ème session de l’Assemblée générale de Réseau CREF.

La conduite a été effectué par le Conseil d’administration qui a confié la modération à Monsieur Raphael KASONGO KABUSA de la CNREDD ;

En effet l’assemblée Générale  est la principale enceinte où les délégués  de toutes les organisations membres décident de la politique du Réseau.  Pendant deux jours, la séance s’est révélée très productive au vu du volume de travail accompli, et de l’esprit d’engagement qui a caractérisé ses débats. L’ouverture  de l’assemblée Générale a été effectuée par Monsieur Emmanuel MIKANDA président du Conseil d’administration  qui a souhaité la bienvenue à tous les participants, il a alors fait un bref rappel  du Code de conduite de l’assemblée générale. S’en est suivi l’examen, l’amendement  et l’adoption de l’ordre du jour.

Prenant la modération, Monsieur Raphael KASONGO a fait procéder à une lecture tour à tour des résolutions de la 13ème AGO ; Une analyse de ces résolutions a alors été faite par tous les participants.

Par après, Des présentations  des différents rapports annuels 2016 ont été faites. Il s’agit notamment du rapport d’activités, du rapport financier, du rapport de la commission de surveillance, du rapport d’audit. Ces présentations ont été clôturées par un débat général sur les rapports.

A ces rapports annuels, des rapports spécifiques ont été à leur tour présentés, il s’agit du rapport des suivis des projets de développement économique  et de l’analyse des performances organisationnelles de membres.

Ensuite, les projets spécifiques suivant ont été présentés par le secrétariat général  aux délégués des organisations. Il s’agit du plan opérationnel 2017 avec RFN, du plan d’activités de la foresterie communautaire, du plan d’activités FPP, du projet GLA, du projet PPI5 ainsi que du projet ASF.

L’assemblée Générale a alors adopté une stratégie pour les travaux du Réseau dans son ensemble, reliant les activités des organisations membres de tous les 6 territoires et les 3 villes à  celles du secrétariat général du Réseau. cette stratégie consiste à souscrire à une politique de décentralisation pour le Secrétariat, prévoyant l’établissement de liens plus étroits avec les membres et garantissant que le programme du Réseau  satisfasse leurs besoins, tout particulièrement en ce qui concerne le renforcement des  capacités des membres dans la politique de mobilisation des ressources financières pour plus d’efficacité dans la mise en œuvre des activités sur le terrain  mais  aussi de la gouvernance au sein des organisations membres.

A la même occasion, une séance mémorable de remise des brevets  à tous les lauréats de plus de 50%  pour la performance organisationnelle a été effectuée dont la première place a été occupé par l’organisation CADIMR avec 90% pour l’exercice 2015 et l’organisation FOCODER avec 96,46% pour l’exercice 2016.

Notons que  Cette assemblée a revêtu un caractère particulier car succédant à une séance d’évaluation externe du plan  quinquennal 2013-2017 du Réseau. La séance  a alors été clôturé par l’amendement et l’adoption des résolutions de l’Assemblée Générale et enfin la signature du PV de la 14ème AGO .

Read Blog Detail

Atelier de presentation des résultats de l’évaluation externe

En date du 26 au 27  Juin 2017, Le Réseau CREF (le Secrétariat  Général et les organisations membres) a assisté à la présentation des résultats de son évaluation externe. Laquelle évaluation  a  été faite par les évaluateurs de CEFAD.

L’évaluation externe  consiste à établir un état des lieux du Réseau pour la période quinquennale  2013-1017.D’aucun ne nierait que pour tout développement institutionnel, une évaluation joue un rôle capital  dans le système de mesure du rendement   afin de savoir ce qui donne et ce qui ne donne pas  des bons résultats   et ce qu’il faut améliorer  afin d’arriver  à la prise de décisions  éclairées et au respect de recommandations  concernant les interventions , stratégies et pratiques à promouvoir pour les 5 prochaines années 2018-2022.

C’est Ainsi, que, 2 jours durant,  il a été question de collecter les informations pertinentes sur ces organisations, de les traiter et de les analyser. Grâce aux techniques d’évaluation adaptées, en passant par un outil d’évaluation, il a été possible d’établir les constats ci-dessous à partir d’un échantillon de 22 organisations membres du Réseau CREF qui sont parvenues à fournir les éléments:

  1. D’un aperçu sur les performances des organisations membres :

 Sur 30 organisations membres du Réseau CREF, 22 organisations ont répondu.  Elles constituent  73,3 %  des Organisations membres  du Réseau CREF. Sur 100 % des répondants,  Après analyse du niveau de performance   il est ressorti 3 catégories suivantes :

 Première catégorie : Tranche de cotation: 30 à 44,41 %  : 3  Organisations (14,3%) dont l’’évaluation a estimé qu’elles  présentent  des risques de gestion très élevé

Deuxième catégorie : Tranche de cotation: 50,74  à 69 %: 11  Organisations (52,4%). Ces dernières présentent de risque de gestion moyen.

Troisième catégorie : Tranche de cotation: 70 à  92,35%: 07  Organisations (33,3%) Celles-ci présentent de risque de gestion faible.

  1. Du Bilan du plan stratégique 2013-2017

Le Réseau CREF ayant basé ses activités sur 10 piliers. Les résultats  de cette évaluation ont été axés principalement  sur ces derniers. Il s’agit notamment  (1) l’information Education Communication et Recherche Action  environnementale (2) la gouvernance dans le secteur forestier et foncier (3) la foresterie communautaire (4) REDD et Changement Climatique (5) Dynamique communautaire autour des aires protégées ( 6)Dignité et stabilité des Peuples autochtones pygmées (7) Gestion de l’Environnement urbain (8)  Gestion rationnelle des ressources halieutiques (9) Mines et Hydrocarbures (10) Renforcement des capacités institutionnelles  des acteurs impliqués dans le plan.

 Globalement, les organisations sont actives sur le terrain auprès des communautés.  L’équipe d’évaluation estime que la balance positive pèse que la balance négative.  Il y a un espoir pour une amélioration afin  d’arriver aux résultats attendus dans la théorie de changement. Et donc il est nécessaire que les 8 autres organisations qui n’ont pas répondu à l’évaluation  se rattrapent afin d’éviter les effets ensembles vides au sein.

  1. Du fonctionnement des synergies

Dans sa logique de travail, le Réseau CREF est subdivisée en synergies. Actuellement elles sont au nombre de 9 selon les 3 villes et 6 territoires du Nord Kivu. Généralement, une cohésion existe entre les membres de synergies malgré quelques  défis. Un avenir radieux est à apercevoir et une grande lueur d’espoir brille pour les 5 prochaines années.

  1. De la dynamique CCT

Le Réseau CREF a adopté une approche multi-acteurs axés  sur  des échanges dans la concrétisation de la dynamique structurante de décentralisation des CCT (conseil de concertation territoriale). Le CCT est considéré  depuis la base comme un cadre par excellence de redevabilité  et de renforcement de collaboration entre diverses parties prenantes ;  elle est une matérialisation de la coopération public-privé-OSC .Néanmoins, il existe encore quelques défis à relever pour des résultats plus efficaces.

  1. Des principaux services du Secrétariat Général

Une appréciation du Secrétariat général  a été également réalisée en se focalisant sur ces forces et faiblesses et des recommandations pour l’amélioration les 5 prochaines années.   Généralement les organisations  ont une bonne impression du travail  réalisé par le Secrétariat Général .A titre illustratif, le secrétariat général est considéré par les ONG  comme un organe  innovateur et expérimenté dans la gestion des ONGD, courageux et compétent. Toutefois il fait face à des défis comme tout organe.  Des recommandations lui ont été   données pour plus d’efficacité. 

  1. Des défis actuels

Le Réseau CREF œuvre dans un contexte très difficile. Le Nord Kivu faisant proie à une insécurité grandissante du jour au lendemain. Ce contexte rends l’accomplissement de certaines activités plus  difficiles, Malgré cela, les succès sont à loués. Néanmoins,  le Réseau    se heurte  aux contraintes d’ordre  généralement financier  avec l’insuffisance des ressources financières pour répondre aux besoins pour les activités sur le terrain, mais aussi un déficit dans le management au sein de certaines organisations membres. Cela mérite une attention particulière dans la définition de futures actions du Réseau pour le programme des 5 prochaines années.

  1. Des recommandations pour les 5 prochaines années

Les recommandations ont été faites au Réseau CREF  pour sa consolidation. Tous les membres ont été appelé  à s’ancrer davantage de la vision commune du Réseau. Au secrétariat général, il a été demandé de renforcer son  accompagnement des membres dans la mobilisation des ressources financières    et assurer un appui institutionnel plus durable en les renforçant en capacité.  De manière commune, le secrétariat général et les membres doivent  développer une stratégie de communication efficace et efficiente afin de permettre un partage d’information  en temps réel  pour le renforcement mutuel tout cela avec un focus sur les  communautés

A la fin de l’atelier, les participants se sont dits satisfaits. L’atelier a été clôturé par  une photo de famille  et un partage de verre.

Read Blog Detail