Author: gleamcreati

Sécurisation Foncière : Acquisition de 2 certificats de 25 ans chacun pour les terres occupées par les peuples autochtones pygmées de BEKA et BAHATSA en territoire de Beni.

Les terres  occupées par les peuples autochtones pygmées de  BEKA dans le secteur Batangi Mbau ET BAHATSA dans le secteur Ruwenzori en territoire de BENI  viennent d’acquérir chacun un certificat d’emphytéose  pour 25 ans.

Cela résulte de l’activité lancée par le Réseau CREF sous l’appui financier de la RAINFOREST FOUNDATION NORWAY  en 2017  sur la cartographie  des terres des peuples autochtones pygmées sur toute l’étendue de la province du Nord Kivu. Cette activité  vise à  contribuer à la promotion et défense des droits de tenure et propriété foncières  des PA .  Dans la mise en œuvre, le  Great Lakes  Human Right Program, GLHRP, organisation membre du Réseau CREF qui intervient dans le territoire de Beni  a ainsi accompagné les communautés autochtones de BEKA et BAHATSA ; il a alors entreprit des séances de  sensibilisation et de conscientisation  auprès de P.A ainsi que toutes les démarches  jusqu’à l’acquisition de ces deux certificats.

En effet Pour le Réseau CREF, la question foncière occupeUne place de choix dans l’équilibre des rapports sociaux au sein des  communautés.  C’est ainsi que  depuis 2010, 14  terres PA ont été dotées des titres de propriétés. Néanmoins ces  titres étaient très  fragiles faute de non mise en valeur de ces derniers.  L’acquisition de ces deux certificats est alors  plus qu’une satisfaction pour le Réseau CREF  et particulièrement pour le GLHRP qui lutte pour  le droit des peuples autochtones, l’une des couches les plus vulnérables  en RDC.

Signalons que la  spoliation, l’expropriation et l’accaparement des terres est monnaie courante en RDC. Plusieurs efforts restent  encore à fournir dans ce domaine.

Read Blog Detail

Goma : Encore un pas vers l’implantation de la Maison verte d’Education Environnementale au Nord-Kivu par le Réseau CREF.

C’est le dimanche 10 septembre 2017 qu’est intervenu le travail de coulage de la dalle de la maison verte d’éducation environnementale du Réseau CREF. Il s’agit de la deuxième phase du coulage de dalles qui est intervenue sur la partie qui couvrira le restaurant aux recettes biologiques.

En effet la maison verte d’éducation environnementale du Réseau CREF vise à contribuer à combler le déficit d’informations, communication et éducation mésologique afin d’influencer l’adoption des comportements écologiquement acceptables dans le chef des différents acteurs impliqués dans la gestion, l’exploitation et l’utilisation des ressources naturelles (des écosystèmes).

Cette maison verte offrira le Service de formation avec deux salles à louer dont une est déjà opérationnelle ainsi que le restaurant

Le Service d’hébergement pour les participants à la formation et autres acteurs voulant bénéficier du cadre d’échanges sur la thématique environnementale ; le Service multimédia comprenant une radio-télévision, bibliothèque avec connexion internet à haut débit et une mini-imprimerie.

Etant donné que la mise en place de cet ouvrage et son équipement complet est progressif, la contribution de tout acteur soucieux de l’émergence d’une nouvelle culture environnementale pour une gestion rationnelle des ressources est vivement attendue.

Read Blog Detail

La Recolte effet: Nouvelle methode de documentation des changements dans le PNVI et le PNKB dans le paysage Virunga

Du lundi 20 aout 2017 au mardi 22 août 2017, 21 acteurs venus respectivement des organisations partenaires du programme GreenLivehood Alliance ( GLA) pour le paysage Virunga, ACDEH, CREDDHO, FECOPEILE, IDPE, SUWE, IFDP et Messieurs Emmanuel Mikanda et EDDY Kambale   ont bénéficié de la formation sur la méthode de Récolte des effets. Cette formation a été facilitée par Monsieur Alphonse VALIVAMBENE Secrétaire Général du Réseau CREF et Monsieur Jean-Baptiste SAFARI de l’organisation IFDP, qui, après avoir bénéficié de la formation organisée à Accra par le consortium les Amis de la Terre, le Comité Néerlandais de l’UICN et TROPENBOS INTERNATIONAL à l’intention des acteurs GLA, ont pris le soin de faire la restitution.

Les différentes organisations ont été représentées par  3 personnes dont  le coordonnateur, le chargé de projet et le chargé de suivi évaluation.

Cette restitution  s’est déroulée dans la salle de Réunion du Réseau CREF à Goma et l’état d’avancement du programme de la période allant du 1er novembre 2016 au 31 juillet 2017 a été considérécomme apprentissage pour une bonne compréhension de la méthode de récolte des effets.

Il sied de souligner que, pendant cet atelier, les facilitateurs ont expliqué la méthodologie Récolte-effet qui est une approche de suivi et évaluation basée sur les changements significatifs.  Elle permet d’identifier, d’analyser et apprendre les effets. Ils ont souligné que le changement n’est pas ce qu’un acteur fait mais l’impact que produit ce qu’il fait. Il est aussi à noter que le changement doit être observable et l’auteur doit bien identifier sa contribution dans ce changement afin de ne pas s’attribuer les changements dans lesquels il n’a pas contribué.

Aux théories faites, les facilitateurs ont ajouté des travaux pratiques afin de s’assurer que la méthode Récolte-effet est comprise et que les acteurs se l’approprient. C’est ainsi que tous les participants ont été appelés à formuler leurs changements observés durant cette période écoulée depuis la mise en œuvre du programme GLA dans le paysage Virunga. Cet exercice a permis encore à susciter la conscience des acteurs sur la vision commune fixée dans la théorie de changement.

Tous les acteurs ont jugé pertinente cette méthode et se sont engagés à se réorganiser en vue d’établir une unité de suivi et évaluation formelle du programme en général mais aussi dans les organisations respectives en particulier pour mieux documenter les différents changements.

Read Blog Detail

Pour la transition énergétique inclusive et équitable

Dans la perspective de lutte contre le réchauffement climatique  le Réseau CREF a organisé du  26 au 29 juillet 2017 un atelier de formation sur la transition énergétique équitable et inclusive.

Il faut dire qu’actuellement, Le réchauffement climatique est un phénomène mondial.  Au cours de l’histoire de la Terre, l’augmentation actuelle de la quantité de gaz à effet de serre (principalement de CO2) et de la température globale moyenne dans l’atmosphère sont inégalées. Depuis 1880, La température globale moyenne a augmenté de 0,85°C. Il s’agit d’une augmentation exceptionnellement rapide. La plupart des scientifiques s’accordent à dire que le réchauffement actuel de la Terre est la conséquence de l’augmentation des gaz à effet de serre (principalement le CO2) dans l’atmosphère due à l’activité humaine. Ce sont les énergies qui sont à la base  de cette augmentation du  gaz à effet de serre et chaque secteur a un taux de pourcentage que l’on peut lui attribué. Les Energies occupent la première place avec : 25,9 % suivi de l’Industrie : 19,4 %, de la Déforestation : 17,4 %, de l’Agriculture : 13,5 %, du transport : 13, 1 %, et enfin des quartiers résidentiels : 7, 9 %. Avec cette situation, des  chercheurs  ont estimé qu’une forêt ancienne qui est égale à une superficie d’un terrain de football est détruite chaque deux secondes.

Tout constat fait,  Une transition énergétique s’impose.

C’est ainsi que Pendant 4 jours d’échanges et de visite sur le terrain une quarantaine de personnes ont bénéficié des plusieurs notions sur  le changement climatique, l’économie verte, la vision de la République Démocratique du Congo en matière des énergies renouvelables  et des expériences des uns et des autres dans le secteur énergétique sous l’accompagnement du Réseau CREF.

La cérémonie d’ouverture   a été présidée  par Son excellence Monsieur Anselme KITAKYA, Ministre Provincial  ayant l’énergie dans ses attributions. Les représentants de l’administration ont répondu aussi à l’invitation du Réseau CREF.

En effet  la transition énergétique permet de passer progressivement d’un système énergétique basé essentiellement sur les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel, matières radioactives), qui sont par nature limitées, à des sources énergétiques moins centralisées, diversifiées et renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, géothermique, marémotrice, biomasse

La province du Nord Kivu dispose  des  potentialités énergétiques dont les cours d’eau, la biomasse, le soleil, les eaux thermales et le gaz naturel, qui, malheureusement demeurent inexploités.

L’absence d’un cadre légal efficace susceptible d’accompagner la transition énergétique figure parmi les causes de non accès à l’énergie

Pour y faire face, une  mise en œuvre de différentes mesures d’application de la loi n°14/01 du 17 Juin 2014 relative au secteur de l’électricité demeure capitale.

A ceci s’ajoute une appropriation du processus par les communautés locales. Cette appropriation contribuera à l’abandon progressif des énergies fossiles pour des énergies renouvelables et un développement communautaire.

Pour une meilleure compréhension du processus de transition énergétique, une descente sur le terrain a été organisée au niveau du territoire de Rutshuru où les micros et mini centrales hydroélectriques Mondo Guisto, APDECO, Matebe  ont fait objet d’une visite guidée.

A l’issu de ces travaux de  quatre jours, un groupe de travail pour la promotion des énergies renouvelables a été mis sur pied pour mener les actions de plaidoyer liées à la transition énergétique. Etant constitué des différentes organisations présentes à l’atelier, ce groupe de travail sera coordonné par le Réseau CREF

Read Blog Detail

Tenue de la 14ème Assemblée Générale Ordinaire du Réseau CREF

Il s’est tenu à Goma du 28 au 29 juin 2017, la 14ème session de l’Assemblée générale de Réseau CREF.

La conduite a été effectué par le Conseil d’administration qui a confié la modération à Monsieur Raphael KASONGO KABUSA de la CNREDD ;

En effet l’assemblée Générale  est la principale enceinte où les délégués  de toutes les organisations membres décident de la politique du Réseau.  Pendant deux jours, la séance s’est révélée très productive au vu du volume de travail accompli, et de l’esprit d’engagement qui a caractérisé ses débats. L’ouverture  de l’assemblée Générale a été effectuée par Monsieur Emmanuel MIKANDA président du Conseil d’administration  qui a souhaité la bienvenue à tous les participants, il a alors fait un bref rappel  du Code de conduite de l’assemblée générale. S’en est suivi l’examen, l’amendement  et l’adoption de l’ordre du jour.

Prenant la modération, Monsieur Raphael KASONGO a fait procéder à une lecture tour à tour des résolutions de la 13ème AGO ; Une analyse de ces résolutions a alors été faite par tous les participants.

Par après, Des présentations  des différents rapports annuels 2016 ont été faites. Il s’agit notamment du rapport d’activités, du rapport financier, du rapport de la commission de surveillance, du rapport d’audit. Ces présentations ont été clôturées par un débat général sur les rapports.

A ces rapports annuels, des rapports spécifiques ont été à leur tour présentés, il s’agit du rapport des suivis des projets de développement économique  et de l’analyse des performances organisationnelles de membres.

Ensuite, les projets spécifiques suivant ont été présentés par le secrétariat général  aux délégués des organisations. Il s’agit du plan opérationnel 2017 avec RFN, du plan d’activités de la foresterie communautaire, du plan d’activités FPP, du projet GLA, du projet PPI5 ainsi que du projet ASF.

L’assemblée Générale a alors adopté une stratégie pour les travaux du Réseau dans son ensemble, reliant les activités des organisations membres de tous les 6 territoires et les 3 villes à  celles du secrétariat général du Réseau. cette stratégie consiste à souscrire à une politique de décentralisation pour le Secrétariat, prévoyant l’établissement de liens plus étroits avec les membres et garantissant que le programme du Réseau  satisfasse leurs besoins, tout particulièrement en ce qui concerne le renforcement des  capacités des membres dans la politique de mobilisation des ressources financières pour plus d’efficacité dans la mise en œuvre des activités sur le terrain  mais  aussi de la gouvernance au sein des organisations membres.

A la même occasion, une séance mémorable de remise des brevets  à tous les lauréats de plus de 50%  pour la performance organisationnelle a été effectuée dont la première place a été occupé par l’organisation CADIMR avec 90% pour l’exercice 2015 et l’organisation FOCODER avec 96,46% pour l’exercice 2016.

Notons que  Cette assemblée a revêtu un caractère particulier car succédant à une séance d’évaluation externe du plan  quinquennal 2013-2017 du Réseau. La séance  a alors été clôturé par l’amendement et l’adoption des résolutions de l’Assemblée Générale et enfin la signature du PV de la 14ème AGO .

Read Blog Detail

Atelier de presentation des résultats de l’évaluation externe

En date du 26 au 27  Juin 2017, Le Réseau CREF (le Secrétariat  Général et les organisations membres) a assisté à la présentation des résultats de son évaluation externe. Laquelle évaluation  a  été faite par les évaluateurs de CEFAD.

L’évaluation externe  consiste à établir un état des lieux du Réseau pour la période quinquennale  2013-1017.D’aucun ne nierait que pour tout développement institutionnel, une évaluation joue un rôle capital  dans le système de mesure du rendement   afin de savoir ce qui donne et ce qui ne donne pas  des bons résultats   et ce qu’il faut améliorer  afin d’arriver  à la prise de décisions  éclairées et au respect de recommandations  concernant les interventions , stratégies et pratiques à promouvoir pour les 5 prochaines années 2018-2022.

C’est Ainsi, que, 2 jours durant,  il a été question de collecter les informations pertinentes sur ces organisations, de les traiter et de les analyser. Grâce aux techniques d’évaluation adaptées, en passant par un outil d’évaluation, il a été possible d’établir les constats ci-dessous à partir d’un échantillon de 22 organisations membres du Réseau CREF qui sont parvenues à fournir les éléments:

  1. D’un aperçu sur les performances des organisations membres :

 Sur 30 organisations membres du Réseau CREF, 22 organisations ont répondu.  Elles constituent  73,3 %  des Organisations membres  du Réseau CREF. Sur 100 % des répondants,  Après analyse du niveau de performance   il est ressorti 3 catégories suivantes :

 Première catégorie : Tranche de cotation: 30 à 44,41 %  : 3  Organisations (14,3%) dont l’’évaluation a estimé qu’elles  présentent  des risques de gestion très élevé

Deuxième catégorie : Tranche de cotation: 50,74  à 69 %: 11  Organisations (52,4%). Ces dernières présentent de risque de gestion moyen.

Troisième catégorie : Tranche de cotation: 70 à  92,35%: 07  Organisations (33,3%) Celles-ci présentent de risque de gestion faible.

  1. Du Bilan du plan stratégique 2013-2017

Le Réseau CREF ayant basé ses activités sur 10 piliers. Les résultats  de cette évaluation ont été axés principalement  sur ces derniers. Il s’agit notamment  (1) l’information Education Communication et Recherche Action  environnementale (2) la gouvernance dans le secteur forestier et foncier (3) la foresterie communautaire (4) REDD et Changement Climatique (5) Dynamique communautaire autour des aires protégées ( 6)Dignité et stabilité des Peuples autochtones pygmées (7) Gestion de l’Environnement urbain (8)  Gestion rationnelle des ressources halieutiques (9) Mines et Hydrocarbures (10) Renforcement des capacités institutionnelles  des acteurs impliqués dans le plan.

 Globalement, les organisations sont actives sur le terrain auprès des communautés.  L’équipe d’évaluation estime que la balance positive pèse que la balance négative.  Il y a un espoir pour une amélioration afin  d’arriver aux résultats attendus dans la théorie de changement. Et donc il est nécessaire que les 8 autres organisations qui n’ont pas répondu à l’évaluation  se rattrapent afin d’éviter les effets ensembles vides au sein.

  1. Du fonctionnement des synergies

Dans sa logique de travail, le Réseau CREF est subdivisée en synergies. Actuellement elles sont au nombre de 9 selon les 3 villes et 6 territoires du Nord Kivu. Généralement, une cohésion existe entre les membres de synergies malgré quelques  défis. Un avenir radieux est à apercevoir et une grande lueur d’espoir brille pour les 5 prochaines années.

  1. De la dynamique CCT

Le Réseau CREF a adopté une approche multi-acteurs axés  sur  des échanges dans la concrétisation de la dynamique structurante de décentralisation des CCT (conseil de concertation territoriale). Le CCT est considéré  depuis la base comme un cadre par excellence de redevabilité  et de renforcement de collaboration entre diverses parties prenantes ;  elle est une matérialisation de la coopération public-privé-OSC .Néanmoins, il existe encore quelques défis à relever pour des résultats plus efficaces.

  1. Des principaux services du Secrétariat Général

Une appréciation du Secrétariat général  a été également réalisée en se focalisant sur ces forces et faiblesses et des recommandations pour l’amélioration les 5 prochaines années.   Généralement les organisations  ont une bonne impression du travail  réalisé par le Secrétariat Général .A titre illustratif, le secrétariat général est considéré par les ONG  comme un organe  innovateur et expérimenté dans la gestion des ONGD, courageux et compétent. Toutefois il fait face à des défis comme tout organe.  Des recommandations lui ont été   données pour plus d’efficacité. 

  1. Des défis actuels

Le Réseau CREF œuvre dans un contexte très difficile. Le Nord Kivu faisant proie à une insécurité grandissante du jour au lendemain. Ce contexte rends l’accomplissement de certaines activités plus  difficiles, Malgré cela, les succès sont à loués. Néanmoins,  le Réseau    se heurte  aux contraintes d’ordre  généralement financier  avec l’insuffisance des ressources financières pour répondre aux besoins pour les activités sur le terrain, mais aussi un déficit dans le management au sein de certaines organisations membres. Cela mérite une attention particulière dans la définition de futures actions du Réseau pour le programme des 5 prochaines années.

  1. Des recommandations pour les 5 prochaines années

Les recommandations ont été faites au Réseau CREF  pour sa consolidation. Tous les membres ont été appelé  à s’ancrer davantage de la vision commune du Réseau. Au secrétariat général, il a été demandé de renforcer son  accompagnement des membres dans la mobilisation des ressources financières    et assurer un appui institutionnel plus durable en les renforçant en capacité.  De manière commune, le secrétariat général et les membres doivent  développer une stratégie de communication efficace et efficiente afin de permettre un partage d’information  en temps réel  pour le renforcement mutuel tout cela avec un focus sur les  communautés

A la fin de l’atelier, les participants se sont dits satisfaits. L’atelier a été clôturé par  une photo de famille  et un partage de verre.

Read Blog Detail

Planification stratégique provisoire par le Réseau CREF pour les 4 nouvelles années 2018-2021

Le Réseau CREF a soumis  son plan stratégique provisoire   ce vendredi  24 mars 2017 à son principal partenaire  la Rainforest Norway    pour les 4 nouvelles années  2018-2021.

Ce plan est résultant d’intenses travaux  d’un atelier  réalisé du 21 et 22 mars 2017. 18 personnes venues principalement du bureau du conseil d’administration du Réseau CREF, du secrétariat général et  des différentes synergies accessibles   ont pris part à cet atelier.

Pendant deux jours, les participants ont  apporté   leur  contribution pour le plan afin de s’allier à la stratégie régionale  Afrique centrale de la Rainforest Norway, piliers  et proposition des objectifs  et indicateurs.

Ce nouveau plan aura 3 piliers pour  soubassement,  ils tourneront autour des moteurs de déforestation, des politiques nationales et de la gestion durable locale. A son tour chaque pilier  comprend les axes prioritaires dans lequel il va intervenir

Pour les moteurs de déforestation il s’agit de : monitoring,  électrification Des Villes Et des grandes Agglomérations à forte consommation du bois énergie, Intégration communautaire dans les concessions agropastorales privées.

En ce qui concerne les politiques nationales ; Réforme foncière, Relation Aire protégée –communautés locales ; Harmonisation  et application des lois sur les ressources naturelles

Enfin pour la gestion durable locale  le réseau CREF interviendra dans la Foresterie communautaire, Alternatives énergétiques  au niveau local, le renforcement des moyens  d’existences de communautés et l’éducation environnementale au travers la maison verte.

Signalons que ce plan n’est qu’une  réflexion préliminaire, le plan stratégique  de tous les membres du Réseau CREF interviendra dans les jours à venir.

De son côté, le secrétariat général au travers son secrétaire général s’est dit satisfait du travail abattu pendant les deux jours et a émis le vœu  que la RFN prenne en compte le plan.

C’est sur la note du président du Conseil d’Administration, monsieur Emmanuel Miranda  que la séance a été clôturée.

Read Blog Detail

Réunion de la thématique Environnement de la coordination de la Société Civile du Nord-Kivu

Trente-trois personnes ont participé ce mercredi 26 avril 2017 à la réunion de la thématique environnement de la coordination de la société civile du Nord KIVU.

Cette réunion s’est effectuée dans la grande salle du Réseau CREF. Elle s’inscrit dans le cadre du programme GLA (Alliance des Moyens d’existantes Verts). la réunion avait pour objectif  de susciter la participation plus active des Organisations de la Société Civile dans le processus de gestion durable des écosystèmes dans le paysage Virunga.

Dans son mot, le Président du Conseil d’Administration du Réseau CREF, Monsieur Emmanuel MIKANDA, a souhaité la bienvenue à tous les participants et leurs à présenter ces remerciements pour la réponse à l’invitation. Il a alors appelé tous les participants à la libre expression, au partage d’expérience et d’information en vue de s’inscrire dans l’objectif de ce programme.

A son tour, le coordonnateur de la société civile, monsieur Thomas d’Aquin MUITI a remercié le Réseau CREF qui est team leader  de la thématique environnement au sein de la société civile, pour l’organisation de ces assises.  Il a ensuite souligné que seule l’unité fera la force des Organisations de la société civile environnementales afin de contribuer à la gestion  durable des écosystèmes du Nord- Kivu.

Trois thèmes ont alors été développées dans cette réunion : la présentation du programme GLA par monsieur Floribert MASANI, la présentation des plans de travail des organisations impliquées dans GLA (ACEDH, CREDDHO, FECOPEILE, SOPR, SUWE),  la protection de l’environnement, c’est préserver l’avenir de l’homme par le représentant de Young African Leaders Initiative.

En effet le programme GLA  voudrait renforcer la gouvernance inclusive et durable au sein de paysages forestiers dans lesquels les communautés locales et  les peuples autochtones pygmées bénéficient d’un accès exclusif et sécurisé aux services écosystémiques.

La réunion a été clôturée  par Monsieur Emmanuel MIKANDA. S’en est suivi les différentes photos pour immortaliser la journée.

Read Blog Detail

Formation des organisations partenaires au programme GLA dans le paysage virunga en sociothérapie

Vingt-huit (28) personnes issues principalement des organes dirigeants de sept organisations (Réseau CREF, IDPE, SOPR, FECOPEILE , CREDDHO, SUWE et ACEDH) partenaires auProgramme d’Appui à la sécurisation durable des moyens d’existence verts dans le paysage Virunga (GLA), Province du Nord-Kivu en RDC, ont bénéficié d’une formation enSOCIOTHERAPIE en Cité de Kiwanja, Territoire de Rutshuru en Province du Nord-Kivu du 09 au 19 février 2017.

L’atelier de formation avait pour objectif principal, la promotion de la cohésion et de la confiance au sein et entre organisations partenaires et aider à l’amélioration de la gestion afin de renforcer la mise en œuvre du Programme GLA et de surcroit, l’atteinte des objectifs du programme. Spécifiquement cet atelier visait à (i) remonter la confiance entre organisations partenaires ; (ii) restaurer la cohésion sociale pour bien impacter le projet ;(iii) aider à l’amélioration de la gestion ;(iv) aider à l’amélioration des comportements individuels après découverte de ce dont souffrent les animateurs des organisations partenaires.

Durant la formation, Les participants ont été organisés en deux sous-groupes de 14 personnes constitués de 2 délégués de chaque organisation bénéficiaire, la formation était participative..

Elle a été animée par quatre (4) formateurs issus de l’ONG Innovation Formation pour le Développement et la Paix (IFDP)-Bukavu. Ceux-ci étaient repartis deux à deux aux deux sous-groupes de formation. Les formations en sous-groupes se sont déroulées simultanément dans deux salles différentes

Toujours dans le cadre de la formation, des moments de saynètes ou sketchs et des exercices physiques, des jeux des rôles et de constructions manuelles de certains ouvrages (bateaux et avions) ont été organisés.

Pendant les dix jours, la formation a été assurée à travers les principaux points ci-après : phases de la sociothérapie, principes de la sociothérapie, types de familles, système social, Fenêtre de JOHARI et la Méthode « Self care ».

En effet la sociothérapie est une approche qui aide à (ré) connecter les parties ou groupes des personnes affectées par les conséquences de guerres, des crises sociales et des conflits (violents) et permet de les réconcilier.

Etant complémentaires, les 6 phases de la sociothérapie sont les suivantes : Sécurité (paix du cœur, stabilité), Confiance, Prendre soins (des autres et de soi), Respect, Règles de jeux et Contrôle des émotions. Les principes de la sociothérapie sont les suivantes : Intérêt, Egalité, Démocratie, Responsabilité, Participation, Apprendre en agissant, Ici et maintenant.

A la fin de la formation, tous les participants se sont dit satisfaits  et se sont engagés à capitaliser les acquis de cette formation afin de rétablir l’harmonie entre les partenaires   pour mener à bien les objectifs du programme GLA

Etant une première phase de la formation, la session s’est clôturée par la définition par tous les participants d’un plan de capitalisation de la formation au profit d’une mise en œuvre efficace du programme.   Des termes de références spécifiques pour la capitalisation de la formation seront conçus.

Les principales activités à réaliser dans l’urgence sont les suivantes :

La restitution de la formation au sein des équipes de coordination des organisations bénéficiaires de la formation ;

Le diagnostic institutionnel de chaque organisation bénéficiaire de la formation ;

Diagnostic de la synergie des organisations bénéficiaires de la formation et partenaires au Programme GLA ;

La formation des facilitateurs de la sociothérapie (deuxième phase) ;

La formation des leaders (facilitateurs) locaux ;

Production des outils techniques ;

Accompagnement des facilitateurs locaux ;

Identification des changements opérés ;

 

Read Blog Detail