Post Detail

Les Energies

La meilleure gestion de ressources naturelles de la RDC nécessite aussi la promotion des actions et de meilleures pratiques (solutions) pouvant améliorer la préservation des ressources forestières de la RDC. Le secteur de l’énergie joue un rôle essentiel pour l’évolution économique de la RDC et l’amélioration des conditions de vie de la population (ménages, centres de santé, écoles, administration territoriale, sécurité, etc.) et le développement des industries locales. Il n’est pas normal que le potentiel hydroélectrique de la RDC soit évalué à 100.000 MWH et que la moyenne de 9% seulement de la population ait accès à l’électricité. Le taux d’ensoleillement favorable (3,5 à 6,75 Kwh/m2/jour) doit être suffisamment capitalisé pour davantage d’énergie solaire. Les potentiels géothermique et éolien non encore évalués doivent être exploités pour résoudre la question du déficit énergétique.

La production et la consommation de l’énergie font subir une pression croissante sur les ressources forestières. Plusieurs rapports mettent en évidence l’étendue des dégâts du bois-énergie dans le Parc National des Virunga et autres écosystèmes forestiers  de la province du Nord-Kivu. Aux problèmes de dégradation majeure et irréversible de l’environnement à l’échelle locale, nationale et régionale vient s’ajouter  la menace que représente le réchauffement de la planète à travers les émissions de gaz à effet de serre en lien avec la déforestation et la dégradation des écosystèmes forestiers.

Vision :

Les énergies renouvelables de qualité facilement accessibles pour la préservation des biens publics internationaux (nourriture, eau, biodiversité, climat, moyens de subsistance) et le développement durable des communautés locales et peuples autochtones pygmées.

Stratégies :

  • Renforcement des capacités des acteurs sur les énergies renouvelables, les biens publics internationaux et le développement durable.
  • Plaidoyer pour le changement de politique énergétique
  • Appuyer l’accès à l’énergie durable aux communautés locales et peuples autochtones pygmées.
Réalisations phares du Réseau CREF dans le secteur de l’Energie
  • Depuis 2012, le Réseau CREF s’est engagé dans la réduction de la consommation de bois (bois de chauffe et/ou braise) dans les ménages. Il a produit et vulgarisé les briquettes et les foyers améliorés.Au total, 862581 briquettes avaient été produites et vendues en villes de Goma, Butembo et Beni.  L’usage des briquettes avait permis de réduire la consommation de la braise ; et par conséquent, le prix du sac de braise est passé de 30 à 18 dollars américains, soit une baisse de 40%. Donc, chaque ménage avait économisé 12 dollars américains par mois qu’il pouvait investir dans les soins de la famille ou encore pour la scolarisation des enfants.
  • 1.814,66 hectares de sylviculture et d’agroforesterie communautaires ;
  • 42.112 foyers améliorés ayant permis d’économiser l’énergie-bois à au moins 50 % au profit de la sauvegarde de la biodiversité forestière; En utilisant les foyers traditionnels, la consommation mensuelle des bois équivaut à 631.680 m3 pour les 42.112 ménages touchés. Si l’on considère que 30m3 valent 1 hectare, ceci veut dire que 21.056 hectares des forêts sont coupés uniquement pour la cuisson. L’utilisation des foyers améliorés entraine la réduction de moitié de la consommation de bois au niveau des ménages ; soit 10.528 hectares des forêts préservés chaque mois, soit 52.640 hectares pour les cinq années (2012-2016).
  • Fumoir des poissons – Lac Edouard : le Réseau CREF a accompagné les femmes dans l’installation du fumoir amélioré des poissons à Vitshumbi, en plein Parc National des Virunga pour (i) la préservation des écosystèmes et produits ligneux de ce site du patrimoine mondial de l’UNESCO, (ii) l’allègement du travail de la femme; (iii) l’amélioration de ses conditions sanitaires.
  • Energie solaire : (i) Utilisation des panneaux solaires au bureau du Réseau CREF pour l’autonomie en énergie à 100% ; (ii) Installation des panneaux solaires aux domiciles de certains acteurs de la Société Civile (7 ménages) dans le cadre de la sécurisation des acteurs.
  • Plaidoyer contre l’exploration et l’exploitation pétrolière dans le Bloc pétrolier V, incluant le Parc National des Virunga (site du patrimoine mondial de l’UNESCO)  ayant conduit au retrait des actions de l’Eglise anglicane d’Angleterre de la société SOCO International. Tout ce travail a été couronné par l’Obtention du Prix Alexander Soros Foundation/USA entraînant le démarrage de la mise en place de la Maison Verte d’éducation environnementale.
Obstacles

Les efforts de réduction de la consommation des bois connaissent ces obstacles :

  • Déficit énergétique, inférieur à 3 % de desserte; entraînant le recours au bois pour la cuisson des nourritures, des briques,… ; et donc le recul continu des forêts ;
  • La pauvreté des  certains menages  qui ont du mal à se procurer le foyer amelioré dont le  coût revient à 5$
  • La réticence communautaire à s’impliquer dans l’utilisation des foyers améliorés ; attitude influencée par les us et coutumes;
  • L’engouement du gouvernement à exploiter le pétrole malgré son engagement dans le développement vert à travers la signature de l’accord de Paris sur le changement climatiqueNon-respect de principes de bonne gouvernance dans le secteur énergétique.Faible capacité de mobilisation financière par le gouvernement pour produire et distribuer les énergies propres