Post Detail

Gestion de l’Environnement Urbain

 DESCRIPTIF DU PILIER

Chaque ville (…) fonctionne comme un système très complexe où de nombreux acteurs interviennent : pouvoir public, entreprises privées, associations des citoyens, ménages, organisations non-gouvernementales, etc. (Floribert MASANI, 2005).

L’urbanisation (…) est un phénomène qui pose des défis globaux ; et qui exigeront des solutions appropriées en termes d’organisation, de planification et de gestion car aujourd’hui (…), on dénombre plus de 3 milliards d’individus qui vivent dans des villes (Actes du séminaire international/CTB, Bruxelles, décembre 2007).

La concentration, sans cesse croissante des populations et des activités en milieu urbain génère d’énormes quantités de déchets aux conséquences nocives sur la santé, l’environnement, le cadre et la qualité de vie. Or, la qualité de vie des populations vivant en milieu urbain dépend en majeure partie de la capacité des villes à leur procurer un environnement sain et de qualité.

Si rien n’est fait pour rendre le cadre de vie acceptable en milieu urbain, le coût économique, social et l’impact environnemental liés au développement d’espaces urbains déséquilibrés risquent de s’avérer ingérables.

En matière d’urbanisation, la RDC cherche à lutter contre la pauvreté et ainsi atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ; et ce en liant, entre autre l’urbanisation à l’accès des citadins aux services sociaux de base. Pour ce faire, le Gouvernement de la RDC avait retenu trois axes stratégiques en rapport avec (i) l’amélioration des Conditions de Vie des Populations Urbaines ; (ii) l’amélioration de la Gestion Urbaine en renforçant la Responsabilisation et la Transparence ; et (iii) la résorption de la Carence et de la Mauvaise Qualité des Logements.

Etant donné que la gestion de l’environnement urbain concerne tout le corps social qui compose la ville, nous estimons que « l’approche partenariat » est la voie pour trouver des réponses à toutes les questions que son fonctionnement exige : implication du secteur public, privé et de la société civile.

A travers ce pilier et d’ici 2017, le Réseau CREF veut contribuer à l’élaboration des programmes habilitants de décentralisation et d’urbanisation axés sur l’écodéveloppement au niveau des villes et cités émergentes  du Nord Kivu et ce, par le biais des actions de contrôle citoyen de l’action publique.

OBJECTIFS STRATEGIQUES

Dans les cinq prochaines années, les objectifs poursuivis par le Réseau CREF sont la lutte contre/pour:

 La mauvaise gestion des déchets.

L’absence des plans d’urbanisation des entités émergentes.

Les érosions.

La non-électrification des entités émergentes.

Le manque de transparence dans la gestion urbaine.

La résorption de la Carence et de la Mauvaise Qualité des Logements.

La planification familiale en Province du Nord-Kivu

ACTIVITES PREVUES

A titre indicatif, les activités suivantes sont envisagées d’être exécutées :

Appuyer les activités de Sensibilisation de la population sur la gestion des déchets domestiques et des centres publics (marchés/hôpitaux/écoles).

Plaidoyer  (à travers les CCT) en faveur de la création des dépotoirs et décharge  publics (de transit et public).

Plaidoyer (à travers les CCT) en faveur de construction des ouvrages de canalisation et traitement des eaux usées et de pluie (usine d’épuration).

Pousser les ONG-I et Réseau EHA à mener des plaidoyers en faveur de nouvelles adductions d’eau potable dans les villes et cités émergentes.

Appuyer les activités de Sensibilisation de la population et vulgarisation des  textes légaux sur la santé & assainissement.

Vulgariser les bonnes techniques de gestion des déchets ménagers.

Former des leaders et relais communautaires sur les mécanismes d’assainissement, voirie et drainage.

Organiser des groupes de travail CCAP (contrôle citoyen de l’action publique) au niveau des villes et cités émergentes.

Accompagner les services publics et privés à jouer leurs rôles dans la gouvernance  environnementale en tant que police de santé, assainissement  et hygiène publique.

Plaidoyer en faveur de l’effectivité de la souveraineté fiscale urbaine; de l’augmentation du nombre d’équipements sociaux ; de l’organisation et encadrement du secteur informel.

Plaidoyer en faveur de la restructuration du secteur de l’habitat et l’aménagement des nouveaux sites; de la viabilisation des parcelles dans les villes, etc.