Post Detail

Dynamique Communautaire autour des aires protegées

DESCRIPTIF DU PILIER

En 2005, une enquête participative sur la cohabitation pacifique entre les aires protégées et les communautés locales avait été initiée par le Réseau CREF dans le but d’engager un processus d’harmonisation des relations entre les institutions de conservation de la nature et les communautés locales et peuples autochtones dans une vision de défense des intérêts des uns et des autres.Cette cohabitation entre, d’une part les communautés locales et peuples autochtones, et les gestionnaires des aires protégées, d’autre part devrait lancer un processus intégré du développement durable des communautés riveraines des aires protégées.Après une analyse rétrospective et prospective de la gestion participative des aires protégées au Nord-Kivu,  et dans le but de contribuer à la transformation positive des conflits entre les communautés riveraines et les aires protégées, les réflexions au sein de ce pilier tournent vers des solutions qui préservent la biodiversité (l’environnement); et celles qui promeuvent les droits des communautés riveraines.

RESULTATS PHRARES 2013-2017

En 2013, degré d’implication volontaire et  consultation de toutes les parties prenantes dans la gestion des aires protégées PNVi  -PNKB, PNM était très bas, caractérisés par des conflits ouverts ici et là..

Avec les activités menées dans une vision multi-acteurs , dès 2013-2014 , progressivement ,les droits et intérêts de communautés riveraines des aires protégées (PNVi  -PNKB, PNM,RFO,…) sont de plus en plus pris en compte par les acteurs publics et de fait (1) leurs exercices s’améliorent en passant de médiocre à très bonne à travers la prise en volontaire  et  consultation de toutes les parties prenantes ; (2)le niveau de connaissance des limites réelles des CFCL, réserves naturelles et Parcs  par toutes les parties prenantes   évolue de bonne à excellente;(3) le nombre  d’actions pertinentes menées par secteur d’activités convenues avec les parties dans le rayon PNVi  est visible  et participatif 4) , le nombre d’hectares d’agroforesterie en gestion durable du terroir   réalisés par populations riveraines notamment du PNVi  passe de 2500[1] .à 12500 ha sur l’ensemble du rayon cible;(5)le degré de confiance restauré entre les parties prenantes dans les efforts de gestion communautaire  du PNVi et du DCR  s’améliore en passant de médiocre à très bonne;(6) des micro-entreprises socio-économiques rurales durables et d’écodéveloppement  riveraines des aires protégés du Nord Kivu sont promus et appuyées.

Pout ceci a été rendu possible grâce à la dynamique développée par le PNVi –ICCN œuvrant dans une vision PPP (Partenariat public-privé), mais aussi grâce à l’engagement de la société civile environnementale  de la province dans la dynamique Plan de développement local –pilier 4 des ETD.

Il y a eu des multiples rencontres d’échanges autour de la conservation communautaire/participative des aires protégées, aussi bien dans le PNVi, PNKB que dans le PNM- Maiko.

Le processus de délimitation/démarcation participative du PNVi a continué et calqué sur le foresterie communautaire.

Bon nombre d’actions pertinentes ont été menées par secteur d’activités convenues avec les parties dans le rayon PNVi : Autour des aires protégées,

il y a eu émergence d’initiatives visant à concilier la conservation et les intérêts vitaux des communautés riveraines. Et là l’on peut citer le  renforcement du fumoir amélioré dans la pêcherie de Vitshumbi, la cartographie des terres arables autour du PNVi.

Le programme TGAL –UICN ( 2014-2016) a permis de faire un pas de géant dans cette mission de conservation et REDD+ en embrassant aussi le volet Lac E Edouard transfrontalier